eclaires-neal-shusterman-L-RiApR9Bon, allez zou! Avis express parce que je ne vais pas vous bassiner avec un billet sur le tome 3 d’ une série dont je vous ai déjà pas mal parlé, hein?

Donc, Les Fragmentés, troisième opus: concrètement, question originalité de l’univers dystopique proposé par Neal Shusterman, c’est toujours du bon, du très bon, mais du coup, on y prend coup et l’effet est moins saisissant; c’est efficace mais l’attrait de la nouveauté n’y est plus.

En ce qui concerne l’intrigue des Eclairés, on est dans la continuité de ce que nous proposaient Les Déconnectés: suis de ce fait, un peu déçue; si j’avais trouvé le second volume meilleur que le premier, là, le numéro trois pèche un peu en rebondissements. Il parait que c’est parce qu’il s’agit d’un tome « intermédiaire »: mouais… à voir… ça me rappelle ces idiots des concours à la The Voice ( je dis ça , je dis rien ) qui préfèrent en garder sous la pédale pour nous éblouir de leur talent au tour suivant: sauf , qu’à force de s’économiser, ben le téléspectateur, il zappe.

Nous retrouvons nos trois héros du début : Connor, Lev et Risa ainsi que Cam, Hayden, Bam et Rufus et lui suivons avec plaisir; chaque personnage prend davantage de profondeur, de complexité, ce qui fait une bonne partie de la richesse de leurs nouvelles aventures. C’est déjà ça…

Rendez vous pour le grand final avec Les Libérés, donc, ou pas, j’ai pas encore décidé.

Le Pitch:

Après une Seconde Guerre civile qui a ébranlé le pays, les États-Unis vivent une des plus grandes crises de leur histoire. Chômage, inégalités sociales, paupérisation des classes moyennes… Désoeuvrés, sans avenir, les jeunes envahissent les rues, tandis qu’un débat houleux sur le droit à l’avortement anime la population. La solution ? La charte de la Vie et la fragmentation. On peut désormais résilier l’existence d’un adolescent en réutilisant tous ses organes dans un but médical. Il continuera à vivre dans un « état divisé ». Tel est donc le sort des orphelins, des adolescents difficiles, des bouches qu’on ne peut plus nourrir depuis des années. Pourtant, çà et là, des voix s’élèvent contre la fragmentation. Notamment, depuis la fuite de Connor, le célèbre évadé de l’un des plus grands centres de fragmentation. Ou depuis la création de Cam, le premier adolescent entièrement composé de parties d’adolescents fragmentés. Ou est-ce l’arrivée d’un marché parallèle de la fragmentation, où le coeur, le foie ou les yeux d’un adolescent sont négociés comme du tabac ou du pétrole ?

Les premières lignes ( ou presque):

Connor

Tout avait commencé avec une bestiole écrasée, un acte si banal et insignifiant que les événements qu’il avait déclenchés dépassaient l’entendement.
Connor aurait dû s’arrêter pour dormir, surtout par une nuit venteuse comme celle-ci. Ses réflexes au volant auraient certainement été bien meilleurs au matin, mais le besoin pressant d’atteindre l’Ohio avec Lev ne cessait de le pousser chaque jour davantage.
Plus qu’une sortie d’autoroute, se dit-il, et même s’il avait décidé de s’arrêter une fois le Kansas traversé, ce jalon avait été dépassé une demi-heure auparavant. Lev, qui savait faire entendre raison à Connor, n’était d’aucune aide cette nuit, avachi sur le siège passager, profondément endormi.
Il était minuit et demi lorsque l’infortunée créature bondit devant les phares de Connor, qui eut à peine le temps d’enregistrer son image tandis qu’il donnait un coup de volant, en une tentative désespérée pour éviter la collision.
Ça ne peut pas être ce que je crois…

Au fil des pages:

CECI EST UNE PUBLICITE POLITIQUE PAYANTE

L’ an dernier, un cambrioleur m’a enlevé mon mari âgé de trente-cinq ans. Il est entré par une fenêtre. Mon mari a essayé de le neutraliser et il a été tué. Rien ne me le ramènera. Mais je soutiens la proposition d’une loi visant à faire payer les criminels pour leur crime, chair pour chair.

Légaliser la fragmentation des criminels permettra de réduire la surpopulation carcérale mais aussi de fournir des organes vitaux pour les transplantations. De plus, grâce à la loi sur la Justice corporelle, une partie des recettes engendrées par la vente d’organes ira directement aux victimes de crimes violents et à leurs familles.

Dites oui à la Proposition de loi 73. Unis, nous restons debout; fragmentés, les criminels tomberont.

Financé par l’Alliance nationale des Victimes pour une Justice corporelle.

Publicités